L'histoire d'HandiPar

C’est au bout de la rue Piret Pauchet, à Namur, que l’asbl Handicap et Participation a déposé ses amarres, en 1994… Une rue en cul de sac pour un projet qui proposait une autre voie d’intégration socioprofessionnelle des personnes handicapées mentales…Voilà qui aurait pu porter à interprétation!

Pourtant le choix du lieu ne devait rien au hasard : l’endroit était aussi le centre de tri de déchets de la ville de Namur et les promoteurs de Handipar avaient, dans leurs bagages, un projet d’activités valorisantes autour d’un service à la collectivité. Un chantier d’économie solidaire où les personnes handicapées pourraient, par leur travail, être associées au bien-être collectif, qui plus est, profitable à l’environnement.

logo.jpg
GESTION DES DÉCHETS ET PÉDAGOGIE CITOYENNE

​​Handipar a dû s’adapter en même temps que le secteur de la gestion des déchets évoluait. Mais l’association a réussi à trouver ancrage au croisement des dynamiques du recyclage des déchets, de la pédagogie citoyenne et du service à la collectivité. Ses activités de production se sont développées autour de la réalisation de fabrications en bois, essentiellement à destination des écoles maternelles et primaires, et de tâches comme le déjantage de pneus, l’ensachage de compost et la maintenance du centre de tri avec, notamment, l’accueil des riverains. Une cinquantaine de personnes handicapées occupent le chantier selon des rythmes et des fréquences propres à chaque situation. La moindre compétence y est valorisée.

ÉCONOMIE SOLIDAIRE

Aujourd’hui, Handipar s’apprête à aborder un nouveau tournant de son histoire. Et cela pour deux raisons au moins. Le centre communal de tri est sur le point de fermer ses portes, ce qui contraint l’association à trouver un autre site d’implantation. Un déménagement qui coïncide avec un projet de regroupement d’associations actives dans le secteur de l’économie solidaire, spécialisées dans la filière recyclage. L’autre raison tient au souhait de l’équipe de Handipar : s’engager dans un processus plus structuré de pré-formation qui permettrait à certains de leurs travailleurs d’accéder au monde du travail, via la formation qualifiante.

VALORISATION DES COMPÉTENCES

Handipar a aussi l’ambition de poursuivre son action avec les écoles fondamentales avec la réalisation de productions communes. Des espaces de rencontres et d’échanges qui valorisent les compétences des uns, les personnes handicapées encadrent les enfants dans l’utilisation des machines à bois, et sensibilisent les autres à la richesse de la différence.

Au cours de ses dix années d’activités, Handipar a pu maîtriser l’impact d’un certain nombre d’éléments extérieurs perturbateurs et mettre à profit ce qui aurait pu sembler a priori l’annonce de la fin du projet : la constitution de Fost+, la suppression des subsides communaux et la fermeture du centre de tri.